Guinée : des travailleurs de Novotel en larmes

0 2

En date du 02 Aout 2019, l’Etat guinéen et une société Sud-africaine, SNA Structural Engeneers (PTY) LTD avaient procédé à la signature d’une convention d’investissement portant sur la rénovation du Grand Hôtel de l’Indépendance et son extension.
Dans cette conventions, il était demandé dit-on, à la directrice générale du Novotel de transférer les droits de jouissance de l’hôtel au nouvel acquéreur pour le démarrage imminent des travaux. Depuis cela, des travailleurs de cet hôtel sont confrontés au chômage techniques et ne reçoivent aucun salaire.

Face à cette situation, le syndicat des travailleurs de Novotel était face à la presse ce mardi 16 février 2021, à Conakry. Il question de dénoncer les maux dont souffrent ces travailleurs de cet hôtel qui sont en congé technique près de quatre (4) mois. Ce syndicat a tout de même réclamé les salaires de ces quatre (4) mois de congés techniques.
« Le but recherché , nous voulons être réglé par la société SNA. Nous ne voulons pas des problèmes. Avec le travail qu’on a abattu avec l’inspection générale du travail et le département du tutel, les choses ne bougent pas. Donc, nous attirons l’attention de l’État qui est censé nous protéger de continuer à nous protéger.

La société SNE nous a abandonné et on est en train de mourir à petit feu. On a enterré six 6 de nos collègues . Nous voulons que le droit que nous avons vis-à-vis de cette société, que l’État nous aide à le récupérer. Sur les chômages techniques, trois 3 mois sont passés et qu’on a pas été réglé. En plus de cela, le mois de janvier s’est écoulé on a pas été payé », regrette Ibrahimà Tounkara .

Selon lui ,les jours à venir ils procéderont à un si-tin pour revendiquer leur droit.

« On peut pas rester les bras croisés comme ça . Dans les deux semaines qui suivent on vous tiendra informer où on va passer le premier jour du si-tin . On mettra la date du départ mais, on ne mettra pas la fin en tant que nos revendications ne seront pas satisfaites », a-t-il déclaré devant les journalistes.

De son côté, Alpha Oumar Diallo travailleur de cet hôtel interpelle l’État. « On a beaucoup souffert. L’État guinéens doit avoir pitié de nous. Il y a nos camarades qui ont divorcé par manque de moyens. D’autres qui ont reçu des préavis pour libérer les locations parce qu’ils n’ont pas payé », à déplorer Mr Diallo .
Lemeridiengn.com
Tél :00224 622 36 84 68

Leave A Reply

Your email address will not be published.