Audit du fichier électoral: les experts de la CEDEAO livrent leurs conclusions…

0 67

En Guinée les conclusions sur l’audit du fichier électoral controversé étaient très attendues. Elles sont tombées ce mercredi 23 septembre 2020. Les experts électoraux dépêchés à Conakry par la CEDEAO ont présenté les résultats des travaux de l’audit qu’ils ont effectué sur le fichier électoral guinéen.

Dans sa présentation, le chef de la mission en même temps porte-parole des experts a confirmé les chiffres publiés par la CENI il y a deux semaines.

«Le fichier brut est passé de 5. 323. 579 électeurs à 5. 699 677 enregistrements. Après la radiation des 24 000 d’électeurs mineurs, les 343 déclarés décédés, les 652 000 sans pièces justificatives, le retrait des 212 000 doublons, et 84 fraudes à l’identité, le fichier global d’électeurs s’élève à 5.410.089 électeurs, dont 5. 319 000 électeurs sur le territoire guinéen, 90 943 pour la diaspora. Donc le fichier actuel audité donne 5.410.089 à la suite de la révision exceptionnelle et de l’audit » a déclaré le Général Francis Behanzin, commissaire aux affaires politiques, paix et sécurité de la CEDEAO.

Ces chiffres ont été classifiés selon le code électoral à savoir la carte d’identité, carte d’étudiant, passeport, les cartes consulaires, les attestations contresignées, a-t-il précisé.

Le fichier électoral guinéen a connu un accroissement par rapport à Mars 2020, de 860 410 électeurs. La proportion de la population électorale par rapport à la population générale estimée en 2019 par le recensement de la population par habitat réalisé en 2014 est de 42%, contre 38% au Sénégal, 55,86% au Ghana et 51,19% pour la Guinée Bissau a-t-il ajouté.

« Les travaux d’assainissement du fichier électoral ont permis de radier sur le fichier électoral consolidé, les mineures retrouvés pour 0,42%, les doublons pour 3,73%. En outre, sur le fichier il n’existe aucun électeur sans pièces justificatives conformément à la loi électorale. Pour ce qui est d’autres types de radiations, les cas de décès représentent un faible taux par rapport aux demandes effectuées et il n’a pas été possible de radier les condamnés et les déchus des droits civiques” a expliqué l’expert de la CEDEAO.

Oury Sylla pour lemeridiengn.com
Tél : 622 36 84 68

Leave A Reply

Your email address will not be published.